• Vers l'autre rive de Kurosawa Kiyoshi

    Et voilà, j'ai vu le dernier film de Kurosawa Kiyoshi, qui m'avait impressionnée avec Kairo et dans un genre totalement différent mais si bien maîtrisé, Shokuzai, sa mini série adaptée pour le cinéma et puis il y a eu Real, et là, grande déception... du coup avec ce nouveau film j'appréhendais un peu mais heureusement, Vers l'autre rive viens relever le niveau, pourtant il ne sera jamais à la hauteur pour moi de Shokuzai, mais là encore le registre est différent. Avec ce nouveau film, on navigue entre le fantastique (pas horreur, le but n'est vraiment pas d'effrayer) et le drame. On retrouve pas mal de thèmes chers au réalisateur qui le définissent si bien comme l'absence, le vide, la solitude (et la peur qui en découle), la mort, la vie, le vide, le vide et encore le vide. A chaque film de Kurosawa, je ressors de la salle de ciné triste, les thèmes sont pas ce qui a de plus drôle et parfois alors ses films me foute complètement le moral en l'air. Ce que je dis là n'est pourtant pas négatif du tout; car il a vraiment cette capacité de toucher, d'émouvoir, d'effrayer aussi quelque soit le genre du film, parce que au final on est tous concernés par les thèmes qu'il aborde.
    L'histoire commence et on sait déjà ce qu'est devenu le mari, ce qu'il attend de sa femme, c'est juste tellement surprenant la réaction de cette dernière, comme si voir un revenant était si banal...Peut-être que je ne peux pas comprendre, ce n'est pas propre à la culture occidentale, cette part de fantastique, ce lien étroit avec la mort, le fait que la mort ne soit pas "définitif". Pas facile à expliquer...
    Sinon, quel soulagement, le casting est bien choisis, Tadanobu Asano, quand même! Ca fait plaisir de le voir sur grand écran :)

    Fiche allociné

     


    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :