• Et voilà, j'ai vu le dernier film de Kurosawa Kiyoshi, qui m'avait impressionnée avec Kairo et dans un genre totalement différent mais si bien maîtrisé, Shokuzai, sa mini série adaptée pour le cinéma et puis il y a eu Real, et là, grande déception... du coup avec ce nouveau film j'appréhendais un peu mais heureusement, Vers l'autre rive viens relever le niveau, pourtant il ne sera jamais à la hauteur pour moi de Shokuzai, mais là encore le registre est différent. Avec ce nouveau film, on navigue entre le fantastique (pas horreur, le but n'est vraiment pas d'effrayer) et le drame. On retrouve pas mal de thèmes chers au réalisateur qui le définissent si bien comme l'absence, le vide, la solitude (et la peur qui en découle), la mort, la vie, le vide, le vide et encore le vide. A chaque film de Kurosawa, je ressors de la salle de ciné triste, les thèmes sont pas ce qui a de plus drôle et parfois alors ses films me foute complètement le moral en l'air. Ce que je dis là n'est pourtant pas négatif du tout; car il a vraiment cette capacité de toucher, d'émouvoir, d'effrayer aussi quelque soit le genre du film, parce que au final on est tous concernés par les thèmes qu'il aborde.
    L'histoire commence et on sait déjà ce qu'est devenu le mari, ce qu'il attend de sa femme, c'est juste tellement surprenant la réaction de cette dernière, comme si voir un revenant était si banal...Peut-être que je ne peux pas comprendre, ce n'est pas propre à la culture occidentale, cette part de fantastique, ce lien étroit avec la mort, le fait que la mort ne soit pas "définitif". Pas facile à expliquer...
    Sinon, quel soulagement, le casting est bien choisis, Tadanobu Asano, quand même! Ca fait plaisir de le voir sur grand écran :)

    Fiche allociné

     


    votre commentaire
  • Miss HokusaiEnfin! je l'attendais avec impatience et j'ai pu le voir, Miss Hokusai (sarusuberi Miss Hokusai 百日紅 〜Miss HOKUSAI〜), j'avais loupé les précédents longs métrages du réalisateur, je le découvre donc avec Miss Hokusai. J'ai beaucoup aimé! On connaît tous Hokusai et l'estampe de la vague mais au delà de cette œuvre non pas vraiment. Ici le réalisateur a choisi de centrer son film sur la fille du peintre qui a apparemment vécue dans son ombre mais qui elle aussi était une grande artiste et a contribué beaucoup aux œuvres de son père. L'histoire fût passionnante et le personnage de O-Ei (Miss Hokusai) très moderne au final pour son époque. D'ailleurs le métrage est ponctué ici et là de musique rock n'ayant rien à voir avec la musique traditionnel de l'époque, au début ça surprend mais ça donne pas mal de peps au récit. De toute façon O-Ei colle assez bien à cette modernité et ce style rock'n'roll. Même si elle paraissait assez indépendante, elle demeurait paradoxalement très dépendante de son père par qui elle existait.
    On m'a demandé si ce film pouvait être vu par une enfant de moins de 10 ans, je dirais non, outre le fait qu'il y a des monstres/yokai (le film mélange habilement le fantastique, l'histoire et la fiction) mais on y parle aussi d'estampes érotiques car Hokusai en peignaient, elles étaient très prisées et sa fille en peignait également, sujet évoqué à plusieurs reprises. Je pense que Miss Hokusai cible un public plus adulte du coup. En tout cas j'ai adoré ce personnage. On nous montre par contre une image négative de Hokusai (sa relation vis à vis de sa 2e film, de sa famille en général notamment), je ne m'étais jamais renseignée sur le personnage, ce qu'il faudra que je fasse, je ne sais pas ce qui est réelle et ce qui été inventé.
    Petit détail vraiment important, le choix de la voix de O-Ei, vraiment bien, elle représente bien son personnage qui ne mâche pas ses mots, parle sans hésitation et sans peur avec accent bien prononcé un timbre de voix qui porte bien. Et on termine avec le générique signé Shiina Ringo, ça colle tellement bien!

    Fiche allociné

    Pin It

    2 commentaires
  • Cemetery of splendourVoilà voilà, j'ai vu ce weekend le dernier film du réalisateur thaïlandais A. Weerasethakul, surtout connu pour avoir obtenu la palme d'or à Cannes en 2010 avec Oncle Bonmee (mais ses précédents films sont disponibles en dvd également). J'avais vraiment eu du mal avec ce dernier à cause de sa compréhension vraiment pas facile parce que les thème abordés qu'on retrouve dans Cemetery of Splendour aussi (les vies antérieure, le rapport particulier avec la mort, la réincarnation, les esprits...) ne font pas vraiment partie intégrantes de la culture occidentale et du coup ça peut paraître difficile à comprendre (bon en fait ca l'est). J'ai cependant trouvé que son dernier film était bien plus facile d'accès que le précédant, niveau compréhension déjà, et déroulement de l'histoire même si on s'y perd entre les rêves et la réalité des personnages. Le réalisateur reste très attachant à ses longs plans, cette ambiance calme et zen, contemplative, ce rythme lent, cette nature omniprésente qui à la manière Kawase Naomi pourrait être un personnage à part entière. Le film m'a plu, beaucoup plus que le précédent, je l'ai compris je pense mais pas à 100% (il y a un côté politique mais je ne l'ai pas compris, d'après les diverses critiques que j'ai lu), moi ce qui m'intéresse dans le cinéma de ce réalisateur c'est le côté fantastique, mystique, spirituel, c'est aussi ce calme qui m'apaise et me fait totalement déconnecter de ce qui m'entoure (quand on sort la salle de ciné c'est dur^^) et le thème de la réincarnation et des vies antérieures est fascinant... Mais on nous parle des soldats endormis, qui sont-ils, que font-ils?
    Après j'ai ressentis quand même quelques longueurs, des conversations ou des plans qui s'éternisent et dont je n'ai pas bien compris ce qu'ils faisaient là... Je pense que tout est une question de compréhension. Le film est parfois poétique, fantastique, drôle aussi, réaliste... tout se mélange, on s'y perd parfois mais c'est ça qui rend si particulier ce film, j'ai aimé cet aspect. Voilà, bon en fait c'est pas simple d'écrire un avis sur un film difficile d'accès... Mais allez le voir, faites connaissance avec ce réalisateur et pourquoi pas vous laissez emporter dans les rêves des personnages :-)

    Fiche allociné

    Pin It

    votre commentaire
  • A touch of zenCe weekend, je suis allée voir un grand classique du film d'arts martiaux/wu xia pian taiwanais, A Touch of Zen (1969), restauré en 2014 et nouvelle sortie sur grand écran dès le 29 juillet. J'avais déjà vu ce film il y a longtemps sur Arte mais je ne m'en souvenais plus du tout, du coup j'y suis allée sans aucune info sur l'histoire, la durée, le casting, sans avoir vu la bande annonce et du début à la fin le film m'a surprise et m'a impressionnée. Déjà la bande annonce est un peu mensongère, le film dure près de 3h et sur toute cette durée il y a au final peu de combats et d'action, lorsqu'il y en a on les savoure puis on attend patiemment la prochaine. Le film est assez calme et il y règne une ambiance très zen, l'histoire met du temps à démarrer, on fait connaissance avec les personnages très mystérieux au début, on devine petit à petit et là, dès qu'on connaît l'histoire de chacun, on rentre vraiment dans l'action. Donc soyez patient si vous choisissez d'aller voir A touch of zen et je vous garantis qu'il vaut le détour! Rien qu'une des premières scènes au début lorsque Gu zhengzai rencontre cet homme mystérieux, ce dernier suit de loin un autre personnage et Gu zhengzai observe la scène, la caméra suit les personnages tellement bien, cette scène m'a immergée immédiatement dans le film et je ne l'ai plus quitté. Les images sont belles, les combats sont beaux et faits avec beaucoup moins d'artifices que les wu xia pian modernes, oui les personnages semblent voler dans les airs mais ça reste au final assez "modeste" si on compare à d'autres et c'est tellement mieux! Chaque détail compte, les regards des personnages y sont souvent mis en avant et font passer beaucoup d'émotion (gros plans sur les visages). Pour un film sorti en 1969, le style de réalisation est vraiment innovant je trouve, enfin ça m'a vraiment impressionnée pour un film de cette époque! Surtout j'aime l'ambiance à la fois calme et pleine d'enérgie qu'il dégage. Quel plaisir d'avoir pu le revoir.

    Fiche film allociné

    Pin It

    4 commentaires
  • UmrikaCe week-end j'ai vu... encore un film indien! Umrika. Oui comme vous avez peut-être remarqué, le cinéma indien a vraiment une bonne visibilité chez nous depuis un petit moment et bénéficie de sorties sur grand écran. Je vais pas répéter ce que j'ai déjà dis dans d'autres articles mais là encore une fois on est clairement à l'opposé du cinéma populaire. Umrika se centre une fois de plus sur la vraie image de l'Inde actuel, un film à caractère plus social mais qui pour une fois, dans sa 1ère partie essentiellement, le fait avec beaucoup d'humour et c'était vraiment agréable de voir ça après cette accumulation de violence et de misère dans les précédant films, après la 2ème partie est plus sombre et surtout triste, car on nous expose la triste réalité, ce pays qu'est les USA (America/Umrika) si idéalisé au début puis semblant si inaccessible au final... on retombe alors sur les sujets de la pauvreté dans les grandes villes, la loi du plus fort, le trafique (les passeurs), la difficulté à s'y faire une place surtout lorsque l'on vient de la campagne comme le personnage principal (campagne où on ignore vraiment tout du monde extérieur).
    Le casting est vraiment parfait, les acteurs jouent très bien, sont parfaitement à l'aise avec leur rôle, arrive à rendre leur personnage vraiment attachant. D'ailleurs ces acteurs sont déjà connus à l'international, le personnage principal joué par Suraj Sharma (L'Odyssée de Pi) et le meilleur ami joué par Tony Revolori (The Grand Budapest Hotel).
    J'ai beaucoup aimé ce film, je suis tombée de haut à la 2ème partie de film, un peu comme le ressenti des personnages mis face à cette dure réalité... C'était un peu brutal.
    Je pense que le cinéma indien a de beaux jours devant lui en nous présentant ce genre de petites pépites comme celles-ci :-)

    Fiche allociné

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique