• The AssassinJe passe pas mal de temps dans les salles de ciné en ce moment, ça dépend vraiment des sorties, parfois je peux ne pas y aller pendant 3 mois comme il y aller toutes les semaines voire 2 fois dans un week-end!
    J'ai pu voir The Assassin ce vendredi, le dernier film de Hou Hsiao Hsien, réalisateur très connu mais qui pour moi est presque inconnu, car je n'ai jamais eu vraiment l'occasion de voir ses oeuvres, donc je découvre au final seulement maintenant.
    En allant voir Assassin, ne vous attendez pas à voir un énième film de Wu xia pian comme Tigre et Dragon ou encore Hero, il y a bien des séquences qui pourrait en faire un film de ce genre mais au final on est assez loin de ça, c'est vraiment pas comme ça que je l'ai vu. Le film est assez particulier car il installe dès le début une ambiance de tristesse et de mélancolie, du fait de l'histoire et du passé des personnages, de leur destin, du contexte politique de l'époque aussi. Pour cela, on y voit une succession de superbes tableau (les palais luxueux, la nature immense) mais bien au delà du tableau, car ils font ressortir toutes les émotions et font partie intégrante de l'histoire, une sorte de personnage principal. J'ai trouvé effectivement le film très triste et mélancolique, superbe, et surtout un sentiment d'apaisement, ce qui fait que je n'ai pas vu passé les 1h45 min de film. La toute dernière séquence est très belle et j'ai adoré la fin, je voulais tellement que ça se termine ainsi!
    L'héroïne est peu bavarde, l'actrice joue bien et malgré une certaine froideur (alors qu'elle montre vite ses faiblesse et dévoile ses sentiments) la rend attachante, ce qui m'a surprise. Vraiment j'avais peur de me retrouver devant un film sans émotion, froid car trop à la recherche de l'esthétisme parfait, heureusement ça n'a pas été le cas. J'ai beaucoup aimé ce beau spectacle! La seule qui m'a gêné c'est la complexité du scénario, pour moi qui ne connaît pas du tout la situation politique de l'époque, j'ai trouvé que ce n'est vraiment pas simple à comprendre.

    Fiche Allociné

     

    Pin It

    votre commentaire
  • un jour avec, un jour sansBon voilà, j'ai encore craqué, je suis allée voir récemment le dernier film de Hong Sang Soo, chaque année je me dis, non je me déplace plus au ciné pour voir un film de Hong Sang Soo, c'est toujours pareil, une histoire d'amour simple mais en fait trop compliquée (si, si), du soju (beaucoup, énormément) et au moins un personnage dans le métier du cinéma. Voilà. Bien, quelle surprise, aucun thème n'y manque et surprise, j'ai aimé comme toujours! Mais que dire, pas grand chose, je vais voir un film de Hong Sang Soo, je souris beaucoup parce que les personnages font "vrais", qu'ils vraiment imparfaits, plein de défauts, les dialogues sont souvent drôles (beaucoup de blabla, mais ça m'amuse beaucoup) et les réaction tout à fait naturelles (sous une bonne dose de soju). Le film est séparé en 2, c'est pas la première que Hong Sang Soo utilise ce procédé, ça fonctionne toujours bien, une histoire mais qui ne se déroule pas pareil et se termine différemment (d'où le un jour avec, un jour sans) du fait du comportement du personnage principal (le réalisateur). Bref, comme d'habitude j'ai trouvé ça amusant et je suppose que le prochain j'irai le voir quand même. Les films de Hong Sang Soo sont pour moi assez irrésistibles :)
    (et puis c'est toujours amusant de voir toujours les mêmes types de génériques et de musique utilisées, car dès les premières secondes on se dit, c'est un film de Hong Sang Soo!).

    Fiche allociné

    Pin It

    votre commentaire
  • An - Les délices de TokyoIl y a quelques semaines de cela, je suis allée voir au cinéma le dernier film de Kawase Naomi, An Les Délices de Tokyo, pourtant je ne voulais plus voir les films de cette réalisatrice à cause du précédant Still Life (voir l'article) mais je suis faible j'ai craqué et pour cause, son dernier film parle de .... dorayaki, dès qu'il s'agit de pâtisserie japonaise, tout particulièrement celle fourrée à l'anko (pâte de haricots azuki sucrée) je deviens vraiment faible ... hum. Ca aurait été dommage d'ignorer la performance de la grande Kiki Kirin, qui incarne une vieille dame au passé douloureux et qui n'a que pour rêve de travailler dans une boutique qui fait et vend des dorayaki, même à 78 ans ont a toujours des rêves! Ca aurait été dommage aussi d'ignorer les dorayaki, Kiki Kirin qui parle aux azuki, qui tient tête au vendeur pour qu'il l'embauche, son amitié naissante avec lui qui a un passé tout aussi douloureux, ces petites larmes aux coins des yeux, cette lycéenne délaissée par sa "mère" qui se lie d'amitié avec ces deux derniers et ces dialogues très drôles et cette douceur qui s'en dégage. J'avoue, j'ai adoré, j'ai été très émue, c'était beau, c'était doux et réconfortant comme un dorayaki. Et puis je pense que ce film est vraiment le plus accessible de Kawase Naomi, je conseillerais même aux plus curieux de le voir en famille.

    Fiche allociné

    Pin It

    votre commentaire
  • Le garçon et la bêteCe weekend je suis allée voir le dernier film d'animation de Hosoda Mamoru, a qui ont doit le magnifique Les enfants loups Ame & Yuki, je l'avais découvert avec ce film, par contre je n'ai pas vu ses précédents métrages, j'espère un jour rattraper ça.
    Déjà, j'adore l'esthétique, le style qu'il donne à ses personnages, personnages plein d'humour, émouvants et avec beaucoup de caractère. J'adore ce mélange de deux mondes fantastique et réel qui finissent obligatoirement par se rencontrer, ça fonctionne toujours aussi bien. En plus il intègre une minuscule bête poilue hautement kawaii (disons que c'est une souris, mais pas vraiment, on ne sait pas, moi j'avais un peu ma petite idée sur la vraie identité de cette petite chose mais je suppose que c'est à nous de deviner, imaginer!). C'est certainement pas le but du film ou voire pas du tout le sujet, mais créer un monde peuplé de bêtes d'apparence humaine (marchent sur les deux pâtes, parlent, travaillent, vont à l'école, se balade sur le marché, font la cuisine, bref des animaux humains) moi ça m'a tellement fait pensé à la relation animaux-homme qui ici est donc dans ce mondé inversé ou égal à égal! Ca mérite réflexion du coup...parce que niveau égalité animaux-homme à notre époque il y a du boulot, beaucoup de boulot... Peut-être que j'y ai pensé très fort parce que je suis vers un mode de vie de plus en plus végane ? certainement.
    Sinon le film a beau être drôle, cela n'enlève en rien la poésie qui se dégage de ce film, tout comme le précédent d'ailleurs.
    J'ai adoré!

    Fiche allociné

    Pin It

    votre commentaire
  • Mistress AmericaJ'ai bien failli passer à côté du dernier film de Noah Baumbach, avec la pétillante Greta Gerwing que j'avais découverte dans Frances Ha, du même réalisateur, jolie collaboration qui marche super bien, ça aurait donc été dommage de le louper ce "Mistress America". Le film a passé tellement vite, c'est en fait beaucoup de discussions, blablas entre les personnages enfin souvent des monologues parce que Brooke (Greta Gerwing) parle toute seule et n'écoute personne, ha c'est agaçant une personne comme ça mais bon, c'est pas possible de la détester puis on découvre ses faiblesses et voilà, on s'y attache. Brooke c'est un peu Frances au final! C'est peut-être pour ça que j'ai autant aimé le personnage et l'histoire dans sa globalité. Il tout de même une scène qui se démarque du film précédant dans ce dernier, c'est celle chez "Mamie-Claire" où on assiste à une vraie scène de théatre, on a plus vraiment l'impression d'être devant un écran de cinéma! Un vrai régal cette scène. Puis jamais de temps mort, ça bouge tout le temps, Brooke est fatiguante, une vraie pile électrique, un moulin à parole, tout tourne autour d'elle... mais bon on ne s'ennuie pas. Le reste du casting rien à redire, je n'en connais aucun à pars Catherine Erbe vue dans les New york section criminelle, dans le rôle de la mère de
    Sinon de la musique, beaucoup de musique, parfois on sortirais même du cadre du ciné, on n'est même plus au théatre, dans un clip... c'est Tracy le dit d'ailleurs.
    Même si j'ai préféré largement Frances Ha, j'ai bien aimé Mistress America cependant.

     
    Mistress America
    Mistress America Bande-annonce VO

    Pin It

    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique