• The StrangersDernier film en date vu au cinéma pour moi, The Strangers de Na Hong Jin que j'ai bien aimé, qui m'a bien surprise aussi parce que j''étais entrée dans la salle de ciné en me disant que ça allait être certainement comme The Chaser, premier film du réalisation qui m'avait bluffée (je n'ai pas vu The Yellow Sea/The Murderer, le 2e film de Na Hong Jin). Effectivement, le début c'est un thriller/policier avec un style coréen reconnaissable, on sait déjà que ça sera très sombre, un peu (beaucoup?) trash/violent, que ça sera sale aussi (la pluie, le sang, la forêt, les meurtres...) et qu'on aura aussi droit à une petite dose d'humour (noir). Raconter pourquoi j'ai été si surprise, dévoilerait trop de choses sur ce film, ce n'est juste pas qu'un flm policier, Na Hong Jin a choisi cette fois ci de mélanger deux genres qui d'ailleurs le sont souvent au cinéma, parfois ça fonctionne, parfois non, ici oui. L'ambiance était tendue, stressante, surtout les scènes avec la gamine, c'était tellement bruyant et long certaines scènes avec ce personnages, ce qui rendait donc certaines scènes très éprouvant oui.
    Parfois le film était tout de même un peu long, j'ai quand même jeté quelques coups d'oeil à ma montre et puis malgré cette touche d'humour, on bascule dans le ridicule pour certaines scènes.
    Le sujet est intéressant, voir comment la peur de l'inconnu peut faire réagir les gens et comment la rumeur se propage avec ses conséquences.
    Voilà donc un avis assez court sur ce film pour ne pas dévoiler l'intrigue, j'ai bien aimé, surtout l'ambiance du film très tendue (due aux scènes très bruyantes, aux accès de colères de certains personnages, à la rapidité de certaines scènes aussi et au cadre "fermé" de ce village et ses habitants).
    Le flic, quant à lui, personnage principale de l'histoire, c'est assez surprenant de voir comment il évolue au fil de l'histoire, on sort clairement du film policier, de toute façon il n'était pas vraiment un exemple au début (retards à répétitions au travail, se fait toujours disputer par ses supérieurs, n'est pas très courageux) et montre alors une toute autre facette de sa personnalité lorsqu'il est confronté à une situation des plus douloureuses.

    Fiche film allociné

    Pin It

    votre commentaire
  • Ma LouteLa semaine dernière je suis allée voir un film ... français! au cinéma! Oui oui, un film français au cinéma, ça ne m'arrive pratiquement jamais, il faut vraiment que j'aime beaucoup le réalisateur pour ça et ça tombe bien, j'ai tellement aimé et ris devant P'tit Quiquin la série diffusée sur Arte de Bruno Dumont, que je n'ai pas hésité à me déplacer dans une salle de ciné pour voir Ma Loute. Sans aucune appréhension parce que la bande annonce montrait bien qu'on allait rester dans le même esprit que la série, on change d'époque et garde le même type d'humour très décalé avec une bonne dose d'humour noir et plein de clichés sur le nord et les gens ... du nord forcément, à prendre surtout au 30ème degré et c'est 2h de rigolade! Le film est barré, l'histoire, TOUS les personnages, barrés, fous, à l'ouest, on y ajoute un peu de fantastique (je m'y attendais pas), une enquête qui mène à rien et même un peu d'amour, ben oui il y a même de la place pour une histoire d'amour, parce que Ma Loute il laisse pas indifférent. Les acteurs en font des tonnes, ça surjoue, OMG ces réactions parfois (enfin en permanence) que c'est drôle (c'est volontaire bien sûr). Et Juliette Binoche que j'aime tellement ici dans un registre comique ça lui va plutôt bien même si c'est déroutant au début, je ne l'avais jamais vu dans un rôle comique au cinéma. Fabrice Luchini parfait, surtout avec cette démarche de bossu. Je connais aussi Valéria Bruni Tedeschi que j'apprécie également beaucoup et qui joue parfaitement bien son rôle. Les autres acteurs sont pour moi inconnus (certains non professionnels peut-être comme dans P'tit Quiquin?), mention spéciale au frère barjot qui explique que lui aussi un jour s'est "disparu" lui même bref, ... :) Et ce duo de policiers, serait-ce Laurel et Hardy? Je crois en fait que l'inspecteur Machin c'est mon préféré de tous les personnages du film surtout quand il roule sur lui même pour descendre plus vite en bas d'une dune de sable. SI SI on peu voir ce type de scène et ce n'est que 1% de ce que on peut y voir. Bref, j'ai adoré, j'ai bien, la salle de ciné a ris aussi pendant 2 heures. Je ne sais pas si certains se sont égarés en route parce que l'humour et la multitude de styles et thèmes présents dans ce films peuvent être assez perturbants si on n'est pas suffisamment ouvert à ce type d'humour (les sujets les plus graves sont sujets à rire mais je n'en dis pas plus ça serait révéler des éléments clés de l'histoire) et ce film multigenre, dont Bruno Dumont à su parfaitement tout associer sans que ça fasse trop grand fourre tout d'idées.
    Sinon les paysages sont superbes et tellement bien mis en valeur.
    Bref, allez le voir, mettez votre cerveau en mode off et rigolez sans modération.

    FIche Allociné

    Pin It

    votre commentaire
  • Hana et Alice mènent l'enquèteQuel plaisir de voir enfin un film de Iwai Shunji sur grand écran, mon réalisateur japonais favoris, un vrai coup de coeur depuis la découverte de ses films il y a quelques années via les fansub sur le net, qui d'ailleurs sans eux je n'aurais jamais pu les découvrir. En fait, à l'origine il y a déjà un Hana & Alice version "live" avec Suzuki Anne et Aoi Yuu qui retrouvnte à nouveau Iwai Shunji et redonnent vie aux deux héroïnes en leur prêtant leur voix. Hana & Alice c'était en 2004, l'histoire est différente mais on retrouve des lieux communs entre le film original et le dessin animé, certains personnages, attitudes etc (les cours de danse, la musique finale du film qu'on retrouve dans le dessin animé régulièrement, la mère qui se comporte comme une ado, l'amitié, cette petite part de mystère, le même humour, l'ambiance si particulière qu'on retrouve dans les films du réalisateur, l'adolescence que seul ce réalisateur sait si bien transposer au cinéma, la musique si présente et importante). J'ai retrouvé un peu de tout, parfois aussi un peu de April Story! C'était souvent drôle et poétique, que ce soit au niveau de l'esthétisme que des dialogues ou les personnages en elles mêmes. On ne s'ennuie pas, on passe un bon moment en compagnie de Hana et Alice. Et surtout, pour moi qui connait Iwai Shunji, c'était un moment nostalgique, je me suis remémorée tous ses films, et j'espère (même je n'y crois pas trop), que peut-être on aura droit à une sortie de ses précédents films en dvd/bluray (All about Lily Chou Chou et Swallowtail Butterfly, ça serait un pur bonheur de les revoir enfin!). Bref, si vous avez la chance de découvrir l'univers d'Iwai Shunji courrez vite voir Hana & Alice!

    Fiche allociné

    Pin It

    votre commentaire
  • Red AmnesiaJe vais au cinéma presque chaque weekend en ce moment, et ça continue d'ailleurs, pas mal de films asiatiques sortent sur grand écran c'est vraiment super. Je suis allée voir Red Amnesia donc le weekend dernier parce que je connais un peu le cinéma de Wang Xiao Shuai (Beijing bicycle ou 11 Fleurs par exemple). Comme pour 11 Fleurs, j'ai été un peu déçue par son dernier film, j'ai aimé ce film mais je me suis "peu mieux faire". Vu le titre de film en plus et le début, on se doutait déjà un peu de ce qu'il se passait, et du coup pour moi ça manque un peu de surprise même si on ne peut pas lui reprocher de nous offrir son lot de mystère et de nous faire douter sur ce qui est réel et ce qui ne l'est pas (rêve ou cauchemars éveillé, retour à la réalité puis non toujours en plein cauchemars). J'ai du mal à écrire un article sur ce film parce que je ne saurais comment décrire ce sentiment de petite déception, c'est plutôt quelque chose que j'ai ressenti et que n'arrive pas à mettre par écrit.... bref.
    J'ai bien aimé le thème en fond, celui du passé de la grand mère, personnage principal du film (l'affiche française m'a franchement fait penser à Mother, film coréen de Bong Joon Ho, sauf que ces deux films n'ont rien en commun, même pas la mamie de l'histoire...), du coup ça m'a fait pensé aussi au thème principal de 24 City de Jia Zhang Ke qui nous raconte cette vie si particulière dans les cités ouvrières en Chine quelques décennies auparavant. En fait c'est surtout ce thème qui m'a interpelée et pourtant le réalisateur même l'accent sur le mystère, le rêve/la réalité, la tension qui monte dans certaines scènes, un film un peu comme un policier avec une touche de surnaturel, mais pas vraiment un film "social" ou qui cible ce passé de la vie dans les cités ouvrières qui peu à peu fermèrent...pour laisser place à des villes quasiment fantômes...
    Sinon, l'interprétation de l'actrice principale (la fameuse mamie, un peu trop envahissante d'ailleurs) est parfaite.

    Fiche allociné

     

    Pin It

    votre commentaire
  • La saison des femmesCe weekend je suis allée voir La saison des femmes, un film indien un peu particulier, là où se démarquaient les derniers films du "nouveau" cinéma indien par leur genre (policier, gangs, action) pour s'éloigner de cette étiquette de film de bollywood, La saison de femme aborde un tout autre sujet et se veut plus film "social". En effet, et il faut bien s'accrocher durant 2 h, ce film nous raconte la vie difficile (survie) de 4 femmes dans un village indien, confrontées au quotidien à la violence des hommes (mari, hommes du villages, famille). On y retrouve un peu tous les sujets qui tournent autour de cette violence quotidienne  qu'elles subissent : le mariage sans amour (la dot transforme alors la jeune fille encore enfant, en objet de vente, en contrat), le viol, la prostitution, l'honneur et la famille, le sexe et le désir, être mère (le vouloir, ne pas le vouloir ou même ne pas pouvoir, stérilité), le racisme aussi (racisme envers une indienne venue d'une autre région mais considérée comme étrangère)... tout cela au nom des traditions plus moyennageuses. Nous sommes en 2016 et cela existe encore puisque ces histoires sont bien le reflet de la vie actuelle en Inde, ici c'est encore pire car étant donné que l'histoire se déroule dans un village, tout ce qui est modernité est laissé loin derrière et il est vraiment plus "facile" pour les hommes du village de garder enfermées leur femme. Une "femme instruite est une mauvaise épouse" (mal vu de lire, l'étrangère est une institutrice, elle est sans cesse harcelée), les femmes du village demande une télé mais les hommes sont réticents car ils ont peur qu'elles soient influencées (les femmes du village voisins après avoir acheté une télé se sont mises à porter des jeans).
    Au bout de 10 min, le ton est lancé, ça ne va pas être facile, effectivement j'ai eu du mal à certains moments, 2h d'injustice, 2h où tu as envie d'entrer dans le film et de venger ces femmes, on les voit se faire battre, violer, tromper, humilier, rabaisser, insulter... mais malgré cela, certaines sont des battantes et vont, tant que possible, essayer d'avoir leurs petits moments de liberté et dire "merde" à ces traditions, aux hommes qui les gardent en "prison", et ces moments dans le films sont une bouffée d'air frais (on se surprend à rire avec elles parce que oui il y a des petites scènes très drôles et des dialogues bien piquants), on respire puis retour à la réalité et on y replonge dans cette violence. Ces 4 personnages sont admirables.
    Je vais pas parler de la réalisation, qu'elle soit de qualité ou non, je crois là de tout façon on s'en fiche, le sujet est au dessous de tout, il est là pour nous montrer la réalité, ce qu'il se passe à l'époque actuelle. Les gens réagissaient pas mal dans la salle de ciné d'ailleurs. Il faut que le film soit vu par le plus de monde possible. Allez le voir c'est important. Parlez en autour de vous.
    A delà de tout cela, les actrices sont lumineuses et pleines de vie, elles sont vraiment à fond dans leur rôle, on s'y attachent dès le début et on leur doit toutes les émotions du film qui en ressortent.
    Bon sinon, impossible de passer à côté des scènes colorées, de musiques indiennes populaires que l'on connait bien mais sans que cela plombe trop le film car elles sont peu nombreuses et son intégrées de façon "logique" aux scènes qui vont avec.

    Allociné

    Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique