• Dernière petite création en date, un pochon en tissu pour protéger une bouteille en verre récupérée (c'était du jus de raisins^^) d'une contenance de 20 cl environ. J'avais peur qu'il y ait des dégâts lorsque je marche et que la bouteille en verre tape contre mes clefs par exemple dans mon sac à main, je lui ai donc cousu un petit pochon pour la protéger. J'ai utilisé que des matériaux récupérés ou que l'on m'a donné, j'aime beaucoup ce concept de zéro déchets, même si je ne suis pas vraiment zéro déchet, j'essaie en tout cas de les réduire du mieux que je le peux. J'ai toujours pas de machine à coudre donc ce pochon est fait à la main et je suis toujours aussi mal organisée dans ma couture, ce qui fait donc que j'utilise rarement un patron lorsque ce sont mes propres créations, je fais ça un peu au "pif" comme on dit, du sur mesure, donc c'est un peu maladroit, pas très droit mais c'est joli et ça me plait :-)
    Finalement, le véganisme m'aura amenée à consommer mieux, plus responsable, vers une alimentation toujours plus bio et locale dans la mesure du possible et en fonction de mon budget selon le mois (youpi j'ai trouvé un maraicher de légumes près de chez moi, mais il n'est pas bio, j'espère un trouver local et bio, je ne désespère pas) et j'ai 4 supérettes bio pas trop loin non plus (Naturalia, BiocoopLa Vie SaineCroc'us et La Vie Claire quand je vais rendre visite à mes parents^^, c'est mon magasin préféré). J'ai carrément fabriqué ma lessive maison au savon de marseille, remplacé mes produits d'hygiènes liquides par des solides (Lamazuna, Gaiia, Argasol), opté pour une brosse à dent recyclée (Bioseptyl), acheté une serviette en tissu pour remplacer l'essuie tout jetable pour mon bento du midi au travail, les mouchoirs et le papier toilette sont en version recyclé, j'essaie également d'acheter en vrac et j'y apporte mes sacs à vrac en tissu, etc. Ce n'est évidemment pas une obligation lorsqu'on est végane, ni consommer bio ou manger sainement, tant que l'objectif principal reste le même : ne plus participer à l'exploitation et la souffrance animale, mais pour moi ça s'est imposé petit à petit comme une évidence, une suite logique, comme si tout était lié. Voilà pour la petite réflexion du jour et maintenant, je vous montre la photo de mon superbe pochon (et on pourra dire que enfin j'ai usé jusqu'au dernier centimètre ce coupon de tissu que ma maman m'avait donné^^).
    Je ferai quelques articles pour parler plus en détail de la brosse à dent, des cosmétiques solides et de la lessive maison par exemple.
    Actuellement, je suis en arrêt de travail car je me suis faite opérée des yeux (strabisme qui  me pourrissait la vie depuis bien trop longtemps), comme j'ai pas trop le droit de faire beaucoup d'effort alors j'aurai certainement la possibilité de publier quelques articles "rattrapage" ;-)
    Pour plus de nouvelles, je beaucoup plus présente sur Instagram !

    Pochon tissu

    Pin It

    votre commentaire
  • Yes VeganJe lis très peu, je parle de lire un "vrai" livre et pas des articles sur le net, vraiment un livre et le terminer. Depuis mon passage au végétalisme en janvier 2014 qui tend petit à petit vers un mode de vie végane, je me suis bien sur renseignée de beaucoup de sujets autour du véganisme, par le biais de sites et blog, vidéos sur youtube, réseaux sociaux (twitter, instagram, facebook, youtube, etc). Mais je n'avais jamais encore acheté de livres sur ce sujet parce que je sais très bien que j'ai beaucoup de mal à me concentrer sur un bouquin, le lire en peu de temps ou même le terminer. Mais je suivais depuis un moment Catherine Helayel sur sa page facebook  et son livre, les thèmes qui l'abordait et surtout sur le plan juridique, ça correspondait totalement à ce que je recherchais. J'ai pris mon temps pour le lire mais je suis vraiment très contente de l'avoir acheté et lu jusqu'au bout.
    En 2 ans et demi de végétalisme tendant vers le véganisme, je dirais même maintenant que je me considère comme végane parce que c'est comme ça que je le ressens. Bref, j'étais loin de tout savoir sur le sujet, et j'ai appris tellement de choses! Des choses horribles, le traitement des abeilles en particulier, et tout ce qui tourne autour, à quel point elles sont importantes mais aussi à quel point elles sont mal traitées et en souffrance.
    Le livre est très bien construit et je pense accessible à tous, l'auteur raconte son parcours en premier, puis elle nous explique tout ce que l'industrie nous cache, tout ce que nous devons savoir, même les choses les plus improbables (l'horrible vérité sur les vaches encore enceintes et tuées dans les abattoirs... je ne savais pas ça...j'avais envie de pleurer).
    Catherine est très bien documentée, extrêmement bien, elle cite toujours les sources de ce qu'elle avance, les articles de loi, les ouvrages et témoignages. D'ailleurs la fin de livre se termine sur quelques témoignages de personnes étant devenues véganes, leur prise de conscience, leur investissement, etc (celui du médecin généraliste est vraiment intéressant) et on a aussi un petit chapitre tout à la fin sur la vitamine B12.
    Une partie du livre est aussi consacré à comment bien préparer ses repas, quoi manger, pour ne manquer de rien, ne pas être carencé par exemple et tout est minutieusement expliqué avec des tableaux regroupant les différentes vitamines par exemple, des exemples de menus, etc.
    Ce livre est vraiment complet, que vous soyez végane, végétalien, végétarien, omnivore (Catherine utilise le terme Carnivore, explique pourquoi) est essentiel pour comprendre pourquoi il est important, vital pour les animaux et pour vous aussi d'être végane. C'est un très bon guide aussi sur le plan alimentaire et il est peut être un outil précieux pour débuter vers la voie du végétalisme.
    Milles Merci Catherine et j'attends avec impatience le prochain livre sur les poissons, les grands oubliés de la cause animale.

    Liens :
    - Page facebook de Yes Vegan! Un choix de vie
    - Page facebook Fish Libération
    - Page facebook de l'Association Animal, justice et droit

    Pin It

    votre commentaire
  • Dernier train pour BusanMon aversion pour les zombies a bien failli me faire rater cet excellent film sud-coréen, je l'ai donc vu hier alors qu'il en était déjà à sa 3ème semaine d'exploitation en salle. Ce qui m'a fait changer d'avis, plus fort que les zombies? Le rôle principal tenu par Gong Yoo bien sûr! Qui est Gong Yoo? je suis un peu nostalgique des dramas quand j'y repense car je l'avais découvert dans le très attachant Coffee Prince ou The First Shop of Coffee Prince (commercialisé par Dramapassion en France, en dvd que j'ai bien sûr!). Bref, Gong Yoo est super dans ce film, ainsi que le reste du casting d'ailleurs. On peut dire que cet acteur à une connu une belle évolution dans sa carrière.
    Finalement, comme on dit plus de peur que de mal, le film n'était pas gore (oui ce que je craignais c'était de voir des corps en charpie, du sang qui gicle de partout, des corps se faire dévorer sous mes yeux, bref des trucs de zombies quoi), mais c'est un film très impressionnant grâce à une mise en scène inventive et terriblement efficace.
    Etant donné que je n'ai vu qu'un seul film de zombie dans ma vie, c'est à dire le cultissime Night of the living dead de G. A. Romero, même en noir et blanc j'ai eu du mal, mais bon un film essentiel à voir au moins une fois dans sa vie je pense. Bref, ce que je voulais dire c'est que n'ai jamais eu d'impression d'overdose de film du genre zombie, virus et compagnie puisque Dernier train pour Busan est seulement le 2ème que je vois, donc pas vraiment de point de comparaison au final, à part peut-être un autre film sud-coréen Transpierceneige de Bong Joon Ho que j'avais moyennement aimé et qui se déroule dans un train, ce train qui représente selon les wagon chaque catégorie sociale. Ici non c'est pas le cas, le train je dirais est plus un terrain de "jeu de survie", tu traverses un wagon rempli de zombie et tu arrives à accéder au suivant sans être mordu, alors c'est bon du peut continuer :-)
    Le film se déroule donc pendant 2h dans un train, et lorsqu'on sort du train on est soit dans une gare ou sur les rails, bref comme un huit clos. Malgré cela, on s'ennuie jamais, aucun temps mort, le spectateur n'est vraiment ménagé et certains pourraient trouvé ça épuisant  et très éprouvant! Les zombies sont tellement rapides, les hordes de zombies sont impressionnantes, car on un effet mouton, ils sont en groupes et se suivent tous. La propagation du "virus" est ultra-rapide et les personnages ont très peu de temps pour s'enfuir et agir.
    Le film met les personnages de ce train dans une situation extrême, ce qui a été beaucoup vu au cinéma ou dans des séries tv, trois types de personnages se distinguent alors : les "chacun pour soi" qui mène un groupe, créent une panique générale et sont prêt à mettre la vie des autres en danger voire tuer pour survivre, puis on a ceux qui mettent leur vie en danger pour protéger les autres et enfin les "passifs" ou encore "suiveur" qu'on pourrait classer au final avec la première catégorie.
    Les personnages qui étaient assez égoïstes au départ (Gong Yoo dans le rôle du père qui privilègie son travail plutôt que de s'occuper de sa fille) se révèlent de grands héros au fil de l'histoire, ce père accompagné d'un mari et de sa femme enceinte lui dès le départ aidant et ce lycéen joueur de base ball timide se révèlant beaucoup plus fort qu'il ne le montrait au début. On n'oublie pas les enfants, épouses, petites amies, qui elles aussi se révèlent être de grandes héroïne au fil de l'histoire et bien plus forte qu'on ne l'aurait imaginé (être enceinte et affronter une horde de zombie, moi je dis bravo!).
    Parfois c'est filmé d'une telle façon lorsque les zombies se déplacent en groupe, qu'on aurait l'impression de les voir foncer sur l'écran, les transformations sont aussi très impressionnantes d'ailleurs. La réalisation est nerveuses, sans temps morts, la suspense est toujours au rendez-vous, beaucoup de surprises aussi, et une tension qui monte sans jamais s'affaiblir.
    On n'oublie pas un petit soupçon d'humour comme le retrouve souvent dans beaucoup de film sud-coréen et un peu d'émotions qu'on retrouve dans la relation père-fille, mari-femmes, soeurs etc... mais jamais larmoyant.
    Et puis le film est au top du modernisme car les personnages sont bien souvent aidés de leur téléphone portable, merci internet :-))) merci la technologie :-))))
    Je m'aperçois que j'ai beaucoup écris, ça m'était pas arrivée d'être aussi inspirée pour un article ciné depuis longtemps, j'ai surement oublié de parler de beaucoup choses mais en bref, ce film est vraiment excellent et je regrette pas d'avoir vu ce "zombie-survival" avec du Gong Yoo dedans :p

    Fiche allociné

     

    Pin It

    votre commentaire
  • Je suis  allée dernièrement à Metz lors de la fête de la mirabelle (j'adore tellement ce fruit si sucré!) avec une amie et comme nous avions prévu d'y passer la journée, on s'est mis en quête de trouver un resto où je pourrais manger végane (et éventuellement sans gluten) et pourquoi pas l'après midi trouver une douceur végane pour le goûter. Finalement, nous n'avons vraiment eu beaucoup de mal à trouver où manger!
    Nous nous sommes arrêté à La Crêpière (11 rue du Faisan, en centre ville) où était affiché en gros "galettes sans gluten", on s'approche et on voit en plus que les galettes sont véganes et que à la demande on peut avoir une garniture dans les galettes végétarienne ou même végétalienne. J'ai donc pu me régaler avec une galette bretonne végane et sans gluten garnie de légumes cuisinés façon ratatouille et le fromage a été remplacé par de bons champignons bien cuisinés également. Mon amie n'est pas végane, elle a mangé une pizza (elle s'est régalée) et on s'est partagé une carafe de jus de pommes artisanal super bon. On n'avait plus faim pour prendre un dessert. La gérante est vraiment très gentille et à l'écoute, la cuisine est très bonne et en plus c'est vraiment pas cher. Ma galette m'a couté environ 8€ et le pichet de jus de pommes 4.20€, ce qui nous à couté environ 11€ chacune!
    Je vous conseille vraiment cette crêperie qui fait en plus pizzeria :-)

    Liens : Facebook // Site internet

    Sciortino Rébecca et La Crêpière

    Ensuite vers 17h on avait super chaud, on voulait se poser un peu et se rafraichir, on s'est arrêtées un peu désespérée dans un banal salon de thé de boulangerie, j'ai pu tout de même manger un sorbet (sans lait) mais bon voilà... rien de bien intéressant.
    On est retourné vers 18h au Village de la Mirabelle (vers la Cathédrale) car en début d'après midi il n'y avait pas grand chose, et la miracle on tombe sur le stand de la pâtisserie-traiteur Sciortino Rébecca (11 rue du Pouilly à Metz) que je ne connaissais pas du tout (pas en centre ville voilà pourquoi) et quel bonheur de voir que tout est sans gluten et sans lait et surtout que les tartelettes à la mirabelle et à la pistache sont véganes en plus! (les quiches lorraines aussi mais je voulais absolument manger de la mirabelle avant de rentrer chez moi). C'était DELICIEUX, la tarte était en fait un mixe entre le gâteau et la tarte et c'était tellement bon! J'en aurais bien mangé une deuxième.
    Donc voilà, je vous conseille vivement cette pâtisserie traiteur car certains de leurs plats et pâtisseries sont véganes en plus d'êtres sans gluten et sans lait. Et puis je re-dis c'est vraiment délicieux.

    Liens : Facebook // Instagram // Site internet

    Pin It

    votre commentaire
  • Déesses indiennes en colèreJ'ai un peu délaissé le blog cet été, je ne sais pas vraiment si je vais le continuer mais en attendant de prendre une vraie décision, je vais vous parler de Déesses indiennes en colère, un film indien que j'ai vu au ciné cet été et qui m'a bien marquée, surtout dans sa deuxième partie. J'adore le cinéma indien, depuis quelques années maintenant le cinéma indépendant sors sur nos écran et bouscule les codes du cinéma de bollywood. J'adore ce nouveau cinéma indien bien plus proche de la réalité et sans concession. On nous montre une Inde "vraie", souvent dans ces films reviennent en premier plan la violence, la pauvreté, la différence entre la vie dans un village et dans la grande ville, les coutumes très dures qui continuent à l'époque actuel et surtout bien difficiles pour les femmes, la place de la femme dans la société indienne actuelle, la différence énorme entre familles riches et pauvres, etc...
    Ici Déesses indiennes en colère réunis des amies dans une maison, l'une d'elle a l'origine de ces retrouvailles a une chose importante à annoncer qui va bouleverser tout ce petit monde. Le sujet est l'émancipation de la femme indienne à l'époque actuelle, sa place dans la société ou plutôt dans ce monde d'homme, régit par les hommes et penser par les hommes. Ces femmes ont un sacré caractère et certaines ne se laissent justement pas faire par les hommes et d'autres y sont totalement soumises.
    Je n'ai pas trop apprécié la première partie du film, où on voit ces amies se raconter leur vie, rirent, pleurer ensemble, etc. J'avais l'impression que ça tournait en rond, que le film n'avançait pas, il y avait quand même des points intéressants à savoir la découverte de chaque personnage et de ses petits secrets dévoilés au fil de l'histoire mais j'ai trouvé que c'était très "stéréotypé".... et j'ai trouvé le temps un peu long.
    La deuxième partie du film bascule dans une ambiance bien moins drôle et "léger", il ne s'agit plus de parler, mais agir vraiment pour elles. C'est vraiment triste et cruelle mais c'est la triste de réalité. La tension monte et le film devient vraiment intéressant autant pour les sujets qu'il aborde que la manière des les aborder et aussi pour chaque personnage qui se dévoile vraiment dans cette situation extrême.
    Sinon, les actrices ont s'y attache assez vite, elles jouent très bien et c'est vraiment une chouette découverte.
    Le film n'est plus à l'affiche maintenant, mais s'il sort en dvd, malgré cette première partie peu convaincante, le film vaut tout de même la peine d'être vu au moins pour les sujets forts qu'il aborde et l'énergie débordante de ses actrices.

    Fiche allociné

    Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires